Baromètre du travail salarié – mars 2020 2020-04-29

Combien de personnes étaient-elles au travail en mars 2020?

Personnes au travail

Le nombre  moyen de personnes salariées occupées en mars 2020 s'élevait à 4.093.144, ce qui constitue une augmentation d’environ 44.200 unités par rapport à mars 2019.

Le nombre moyen de travailleurs occupés était plus élevé qu'il y a un an (+1,1%); la tendance à la hausse relevée les années précédentes se maintient.

Hommes et femmes

L'augmentation de l'emploi est  supérieure pour les femmes (+1,3%) à celle des hommes (+0,9%).

Classes d'âge

L'évolution du nombre de travailleurs occupés n'est pas uniquement le résultat de la mise à l'emploi ou la perte d'emplois des travailleurs d'une classe d'âge déterminée mais dépend également de l'évolution de la population de cette classe d'âge.

  • Le nombre de jeunes travailleurs (< 25 ans) a diminué (-0,6% ) par rapport à l'année dernière.
  • Dans la classe d'âge 25-39 ans, le nombre moyen de personnes occupées a augmenté par rapport à mars 2019 (+0,4%).
  • La classe d'âge 40-49 ans enregistre une faible progression sur un an (+0,3%)  du nombre moyen de personnes occupées .
  • Le nombre de personnes occupées entre 50 et 64 ans a connu une croissance de 2,9% par rapport à 2019.

Domicile

Sur base annuelle, le nombre moyen de travailleurs a progressé dans les trois régions; cette hausse a été la plus importante pour les habitants de la Région bruxelloise (+2,1%) et  atteint des niveaux quasi identiques pour les travailleurs wallons (+1%) et flamands (+0,9%).

Impact de la crise Corona

À la suite de la crise Corona, de nombreuses entreprises ont été contraintes de cesser ou de réduire considérablement leurs activités. Cela a un impact important sur leur demande de main-d'œuvre.

Cependant ceci n’est pas encore visible dans ce baromètre de l’emploi. Ceci est dû au fait que les chiffres presentés ici couvrent la période du 20 février 2020 au 18 mars 2020. La partie la plus importante de la crise n’est donc pas encore reprise dans ce rapport.

En outre, les chiffres du baromètre de l'emploi sont basés sur la déclaration Dimona, que l'employeur effectue chaque fois qu'un employé entre ou quitte un emploi. Cela a des implications sur ce qui est et ce qui n'est pas inclus dans ce baromètre de l'emploi.

  • La principale mesure pour réduire le volume de travail est le chômage temporaire.
    Cette mesure signifie que les employés effectuent temporairement peu ou pas de travail et qu'ils reçoivent un revenu de complémentaire de l’ONEM.
    L'employé restant dans l'effectif, aucune sortie DIMONA ne se produit.
    Il n'est donc PAS possible via DIMONA d'obtenir une estimation du nombre de chômeurs temporaires, ni du nombre de jours de chômage temporaire.
  • Une autre conséquence de la baisse de l'activité économique est l'annulation / non-renouvellement des contrats (très) temporaires (type Flexi – Extra). A l’avenir, l'effet sera visible pour ces travailleurs dans ce rapport car aucun ou beaucoup moins de nouveaux contrats seront signalés.
  • De plus, durant cette période d'activité réduite, le nombre de travailleurs diminuera dans de nombreux secteurs, à la fois en raison d'une possible augmentation des sorties de personnel, mais aussi en raison d'un afflux réduit de nouveaux travailleurs. En principe, ces effets sont également visibles dans Dimona mais Dimona n’offrant aucune donnée quant à la nature du contrat (contrat à durée déterminée – à durée indéterminée) ni au type de prestation (temps plein – temps partiel), l’effet réel sur l’emploi sera plus difficile à déterminer.

Plus d'information

Des données chiffrées plus détaillées et des explications relatives à la méthodologie suivie sont disponibles dans le Baromètre mensuel du travail salarié.

^ Back to Top